Terre Adélie, début février

                                              Salut p'tit frère l' Empereur,

                        Les nouvelles chez nous sont toujours fraîches et donc circulent vite. La dépêche de Pointe Géologie (qui tire à droite comme tu le sais, alors que celle de l'Ile des Pétrels vire à gauche), titre ce matin à la Une : " Samuel, l'ornitho de la TA 56 nous quitte dans quelques heures avec ses copains ". Ayant aperçu l' Astrolabe au mouillage, oiseau majestueux vert et rouge qui résiste aux glaces et aux tempêtes, nous avons décidé hier soir lors de notre dernier conseil de Manchots, que le moment était venu de t'adresser quelques lignes, avec ce toucher de plume dont nous avons le secret.

            Nous voulons te remercier de ta visite, et de ton affection pour nous. Tout est dit.

     Nous n'oublierons pas tes nuits blanches lorsque le vent et la tempête faisaient bouger ton lit. Toi, dedans, tu ne dormais pas, inquiet comme l'est un frère pour nous, dehors. Et au matin, dans le blizzard, nous étions au rendez-vous, fringants, pour te rassurer. " Mais comment avez-vous fait pour résister avec les petits cette nuit ? "

     Et puis, nous t'avons vu tellement malheureux et défait ce fameux deux décembre dernier derrière tes jumelles, impuissant, à scruter nos centaines et centaines de petits que nous avions tant chéris et protégés du froid, partir à la noyade sur notre plaque dérivante en pleine débâcle.

     Je n'oublierai pas non plus notre première rencontre. Nous étions un jeudi de novembre et tu venais d'arriver chez nous, sans tes malles d'ailleurs. Ce premier regard : c'était moi. Tu te rappelles : je me suis détaché de notre colonne pour venir, dans ce déhanchement si particulier, te saluer. Nous sommes restés là de longues minutes, nez contre bec, à nous dévisager l'un l'autre, laissant la parole au silence. Je leur ai raconté notre première rencontre et nom d'un Pétrel ! tu étais bien gauche avec ton appareil hésitant à m'immortaliser comme vous dites ! Tu tremblais dans ta belle tenue hivernale aux couleurs bleues du glacier derrière toi. Tu t'es figé, comme on l'est ici dans les glaces, avec tant de respect dans les yeux pour vivre cet instant présent comme un gage d'éternité.

      On a même su que tu avais pris des cours du soir pour apprendre le manchot antarctique. Tu t'es bien débrouillé et il n'a pas fallu longtemps pour que l'on se comprenne. De toutes façons, on comprend toujours les gens que l'on respecte.

     Avec le Pétrel, Skua, Fulmar, Damier du Cap, notre cousin l' Adélie, et même ce lourdaud de Weddell, et le Léo des mers qui vient de se pointer, nous tenons tous à te dire merci. Remercie également tous tes copains et copines de la base, chacun à sa tâche, chacun à ses rêves : vous avez été tous sympas pour nous.

     Dis leur quand même là-bas, qu'ils sont en train de déconner un peu trop avec la planète. Nous, on vibre avec elle et on le sent bien : ça ne pourra pas durer. Dis leur qu'ils se creusent une énorme tempête s'ils continuent ; là, où au coeur même de l'hiver antarctique, nous savons, nous, offrir paix et chaleur. C'est quand même pas si compliqué....

     Quand l'Astrolabe demain appareillera et lancera sa sirène, nous serons tous là. Nous vous suivrons longtemps sur l'horizon et même bien plus loin encore : nous sommes plus doués que les hommes pour ça.

     L'un de nos potes rentre chez lui. Nous l'avons accueilli chez nous. Là-bas, ils l'attendent. Et le connaissant comme on le connaît maintenant, nous ne sommes pas surpris qu'ils le languissent un peu. Avec toi, petit Empereur, ce fut du bonheur. A partager. Et ta route en sera pleine. Tu ne quitteras pas indemne notre terre. Son silence majestueux, son immensité révérencieuse, sa vibration indicible, son ciel aux aurores glaciales t'illumineront partout et longtemps.

Alors, salut l' Empereur. Bon vent. Si notre plume tremble un peu, ce n'est pas de froid. Tu es des nôtres.

                                                                                 Les Manchots n'oublient jamais

24

31